Lycée St Louis
La chanson de la Croisade contre les Albigeois
Un mot
Imaginer l'atmosphère qui a pu régner dans ses murs, quand la faim et la soif vinrent finalement à bout des défenseurs de la cité…
Félix Jousserand
Félix Jousserand
auteur
Ils se sont découvert des talents d’écriture qu’ils ignoraient
L'équipe enseignante
L'équipe enseignante
Les réalisations

En bref

l'établissement
Collège St Louis
la ville
2 rue des Amidonniers 11000 Carcassonne
la classe
3 classes de 2nde professionnelle (15-17 ans)
les intervenants
L'auteur : Félix Jousserand | L'équipe enseignante : Claude Roy (documentaliste), Saïda Ascar (enseignante lettres/histoire), Sylvie Lalue (enseignante lettres-histoire)
le thème
La chanson de la Croisade contre les Albigeois

Rechercher dans le site

LE SIÈGE DE CARCASSONNE (Fragments pour La Canso)

Préface

Du 1er au 15 août 1209, la Cité de Carcassonne est assiégée par une armée croisée menée par Arnaud Amaury, dont l'expédition, sous la bénédiction du Pape Innocent III, a pour objectif de venir à bout de l'hérésie cathare qui prospère alors dans la France méridionale. Cet épisode nous est raconté dans La Chanson de la Croisade contre les Albigeois, texte en langue d'Oc écrit entre 1208 et 1218 par deux auteurs ; le premier, Guillaume de Tudèle, jeune clerc venu de Navarre et établi à Montauban, le second, anonyme, dans la plus pure tradition de la chanson populaire, de la "chanson qui se chante, plutôt que la chanson qui s'écoute", comme on dirait de nos jours, les deux parties du texte ayant été réunies à l'intérieur d'un volume unique. Cette Canso, récit de geste par excellence, composée de 9578 vers alexandrins, est à la croisée des chemins entre l'art du rhapsode, de tradition orale, consistant à agencer, en les cousant littéralement, les différents fragments d'une épopée, et la montée en puissance, dans les rangs des catégories sociales les plus aisées de l'époque, d'un support de diffusion des idées, de l'information et de la distraction appelé à faire florès : le livre. Reprenant à notre compte l'idée que l'art populaire repose sur son caractère facilement appropriable par tout un chacun, nous avons eu l'envie de nous attarder sur cet épisode carcassonnais de la croisade contre les cathares, qui ravage alors le Languedoc. Béziers vient d'être mis à sac, ses habitants sont massacrés, la ville brûlée, détruite, et la Cité de Carcassonne, sous l'autorité du jeune Raymond-Roger Trencavel, s'apprête à subir un siège dont l'issue semble forcément incertaine à ses habitants. La Canso nous relate cet épisode, qui verra la Cité ployer sous les attaques répétées des assaillants, le jeune vicomte être fait prisonnier par les croisés, la population contrainte de quitter la ville après y avoir abandonné tous ses biens et, enfin, Simon de Montfort prendre le titre de Gouverneur du Vicomté... mais elle le fait de l'extérieur. Nous avons donc voulu apporter notre point de vue à ce récit, en proposant à nos lecteurs-auditeurs de pénétrer à l'intérieur des remparts et d'y suivre le déroulement du siège, avec les mots de ceux qui eurent à le supporter, et dans le respect de la forme initiale de la Canso, l'alexandrin, afin que nos fragments additionnels puissent s'emboîter, comme une construction, au poème épique originel. Les habitants prennent la parole à tour de rôle et nous racontent, en creux, l'atmosphère qui nimbe la Cité, en ce mois d'août 1209, d'un parfum de fin du monde. Bravo et merci aux jeunes troubadours qui ont prêté leurs plumes à ce tour de force !


Félix Jousserand

 

illustration de la cité de carcassonne

Prologue

Le siège a commencé.
Le vicomte se doit
De protéger les gens
Du haut d’ses 25 ans.
Il est rempli d’espoir
Il est digne, fier et fort
Dans le château comtal
Il se sent à l’abri.
Mais son peuple compte sur lui.
Il doit s’organiser
Pour les ravitailler
et donner aux enfants
le plaisir d’être grand.

Temps I

Je m’appelle Brice
Je suis l’herboriste.
Je cultive des herbes
Grâce à mon potager
Qui est dans la Cité.
J’veux soigner les malades
Pour éviter des drames.
Les habitants sont forts
Mais la guerre se rapproche
Il faut garder l’espoir
Mais l’ennemi s’accroche.
Que va-t-il se passer
Si je n’peux les soigner ?

Temps II

J'ai une bonne influence
Sur les Carcassonnais
Je dirige la Cité
Je dirige les soldats
Mais je n'accepte pas
Que certains n’soient plus là
A cause des Albigeois.
Ils veulent nous conquérir
Mais gardons notr’ sang froid
Nous avons de la peine
Qui se transform’ en haine.
Ils veulent tous nous abattre
Voler ce qu’ils n’ont pas
Mais nous on les battra
On ne va pas tarder
À les faire lâcher.

Temps III

J'ai vu des pierres tomber
Sur ma Cité aimée.
Je pensais qu'elle était
Imprenable mais non.

Elle tombe sous les coups,
Les coups des assaillants.
Le Roi d'Espagne non plus
Ne peut nous secourir.
Il veut nous délivrer
Mais c'est trop compliqué.
Les réserves sont vides
Et les gens épuisés.
Le peuple ici se meurt
Dans cet enfer brûlant.
Cette Cité tant aimée,
Elle va nous dévorer.

Lycée Carcassonne St Louis | remerciements

Remerciements

Nous remercions M. Dufeu, chef d’établissement et Mme Charles, adjointe de direction, ainsi que toute l’équipe pédagogique pour nous avoir permis de participer à cette opération pilotée par Languedoc-Roussillon livre et lecture et financée par la Région Languedoc-Roussillon, en partenariat avec la DRAC Languedoc-Roussillon et l’Académie de Montpellier.
Un grand merci également à l’OGEC St Louis pour sa généreuse contribution à la réalisation du format plastique du projet et à Mme Renaud pour son efficacité lors du travail d’impression des livrets.

Rien n’aurait été possible sans l’enthousiasme, la fraîcheur, la générosité et le talent de l’intervenant, Félix Jousserand, dont l’implication a été au-delà du cadre du projet.

Cet ouvrage fictif basé sur la Canso
a voulu apporter le point de vue
des élèves de seconde sur la vie
à l’intérieur des remparts, lors du
siège de la Cité de Carcassonne,
du 1er au 15 août 1209.

Les auteurs

Temps I
Vicomte : Gwendal Turinay
Herboriste : Maxime Vincent
Clochard : Gabin Johan
Epicier : Zahra Astier
Orpheline aveugle : Megan Jorge
Soldat : Justine Lopez
Femme enceinte : Nabila Ibouh
Boulangère : Yona Journet
Temps II
Noble : Julien Andreu
Cuisinière de la caserne : Souhila Kébir
Docteur : Valentine Flamant
Troubadour : Swann Tégon
Curé : Méghan Lucéa
Décor : Camille Chasseny
Forgeron : Salim Vanier
Père qui fuit : Antoine Ginines
Temps III
Boulangère : Julia Czerkies
Forgeron : Yasmina Faquir
Population : Maïwen Pena et Nathygan Jacquemard
Orpheline aveugle : Axel Duvert
Femme enceinte : Sarah Delbée
Voleur : Enzo Boix
Vicomte : Brice Bélart
Souvenirs, souvenirs
L'auteur

Félix Jousserand

Auteur
Arts, poésie, théâtre

Pour faire plus ample connaissance avec l'auteur, cliquez sur ce lien

jousserand felix

C'est avec un grand plaisir que je me suis me suis rendu pour la première fois, un lundi de novembre, au Lycée Saint Louis pour y rencontrer les élèves de l'établissement avec lesquels je me proposais de conduire un travail d'écriture autour de La Chanson de la Croisade Albigeoise.

Je leur ai fait une petite démonstration de textes scandés de ma composition puis leur ai fait un point historique et littéraire concernant la question du poème épique, l'idée de chanson anonyme, l'épisode cathare en Occitanie et, bien sûr, la Croisade qui s'abattit sur le sud de la France en ce début de XIIIe siècle, et qui allait aboutir au siège de Carcassonne, au mois d'août 1209... Ce fut nécessaire : la plupart n'avaient même jamais entendu parler de ces événements qui agitèrent leur cité il y a bien longtemps...

La Canso originelle étant rédigée en alexandrins, je leur ai ensuite fait un point sur les questions de versification, de prosodie, de mesure, soulevées par cette œuvre ; en un mot, j'ai proposé aux élèves de tenter de "raccourcir" la distance séparant leur bouche de leur stylo, en vue d'atteindre une forme récitative attrayante, et qui soit la plus naturelle possible.

Une fois passées les interrogations et timidité prévisibles dans un tel contexte (j'ai rapidement fait écrire aux élèves des textes pour qu'ils se les scandent les uns aux autres), nous sommes rentrés dans le vif du sujet. Le projet a donc consisté à s'inspirer de la figure du rhapsode antique, du jongleur médiéval, lesquels cousaient littéralement leurs récits à partir de fragments glanés et qu'ils ré-agençaient dans leurs productions.

La Chanson de la Croisade contre les Albigeois ne donnant à comprendre le siège de Carcassonne que "vu de l'extérieur" des remparts de la ville, j'ai proposé aux élèves d'imaginer l'atmosphère qui a pu régner dans ses murs, quand la faim et la soif vinrent finalement à bout des défenseurs de la Cité, en endossant chacun à leur tour des personnages dont le collage final des témoignages participerait d'un chaînon manquant du récit initial.

Il ne leur a pas fallu trop longtemps pour comprendre la mécanique du vers alexandrin et c'est rapidement que nous avons pu produire les premiers fragments de notre récit en immersion... Le nombre de séances étant réduit, il m'a fallu gérer au mieux le temps, le tout en incluant des séquences de retours-corrections, car il m'a semblé important de leur faire partager la nécessité du travail d'auto-critique dans le processus littéraire. La plupart s'en sont admirablement tiré!

Comme souvent à l'occasion de ce genre d'exercice, où "les derniers sont les premiers", la hiérarchie scolaire en a été quelque peu bouleversée, les enseignants me l'ont confirmé : certains élèves en difficulté y ont trouvé une fenêtre d'expression libre dans laquelle ils ont excellé, quand d'autres, plus scolaires, ne parvenaient à produire leurs alexandrins qu'en comptant les pieds sur les doigts de la main... Mais au final, chacun semble y avoir trouvé son profit. Les textes produits en témoignent.

Les rapports avec le personnel d'encadrement et enseignant ont été, me semble-t-il, très bons et tout à fait chaleureux. Le fait d'avoir travaillé avec des élèves scolarisés en filière technologique a, par ailleurs, été très fécond pour ce qui me concerne : ancrés dans le réel et déterminés par la perspective d'une entrée prochaine dans la vie active, ils sont capables de trouvailles littéraires parfois plus rares et singulières que des élèves issus de filières générales.

En un mot, j'ai été enchanté de cette expérience et serai très partant pour rééditer ça !

Merci donc à LR livre et lecture, à la Région et à ses équipes pour ce beau projet et... rendez-vous à la Comédie du Livre pour le dernier round !

A bientôt.

L'établissement

Lycée St Louis

2 rue des Amidonniers

11000

Carcassonne

Chef d'établissement

M. Xavier Dufeu