Collège St Exupéry
L'Odyssée aujourd'hui : héros, errance
Un mot
L'ensemble donne un long poème très inspiré, souvent comique, parfois grave, dont le rythme imite un peu celui des vagues : toujours le même, jamais le même.
Jocelyn Bonnerave
Jocelyn Bonnerave
auteur
Très apprécié par les élèves et les familles, cet atelier leur a été en tout point bénéfique, pour diverses raisons, dont la création de lien social pour des élèves souvent isolés et la valorisation de leur créativité et de leurs spécificités.
L'équipe enseignante
L'équipe enseignante
Les réalisations

En bref

l'établissement
Collège St Exupéry
la ville
3 rue des quatre vents 11150 Bram
la classe
4e / 3e (13-15 ans)
les intervenants
L'auteur : Jocelyn Bonnerave |Catherine Girard (enseignante de lettres modernes, Elisa Castel (documentaliste)
le thème
L'Odyssée aujourd'hui : héros, errance

Rechercher dans le site

Noms des élèves :
Kyllian Barbero, Jeanne Bousquet, Lisa Bousquet, Lily-Marie Clistibout, Alexis Gabelle, Manon Gras Bassos, Coraline Gueffier, Maxime Guillamet, Corentin Laly, Stéphane Lenglet, Anna Montaignac, Timothé Morere, Manuel Nieto, Tony Plaza, Quentin Pouviot

Nous sommes Ulysse

Je suis Ulysse
Celui à qui manque un foyer
Si la chose qui nous manque, on peut pas la récupérer, on fait comment ?

Moi je suis celui à qui il manque les jeux vidéo cool
Même dans le meilleur jeu vidéo, on peut pleurer, rire ou même avoir la trouille 

Moi je suis celui à qui manque de la virilité mère.
Je suis celui à qui il manque le bonheur d'une vie.
En étant seul dans la nature je me suis rendu compte qu'on était beaucoup plus heureux qu'en étant seul dans notre maison, et même avec toutes les technologies que nous possédons aujourd'hui nous allons à notre extinction.
On en oublie le bonheur de vivre et on oublie le miracle qu'est une vie.

Je suis celui à qui il manque de l'imagination
Je peux pas en dire plus parce que je n'ai pas d'imagination
Je dis que je n'ai pas d'imagination car quand je pense, rien ne vient.

Je suis celui à qui manque le Savoir
Le Savoir, c'est grand
Le Savoir, c'est du Pouvoir
Les philosophes, c'est des lumières.

Je suis celui à qui il manque des centaines d'ordinateurs, je n'aurai pas assez d'yeux, pas assez de Dieu pour tout regarder
Les philosophes sont des messagers de Dieu.

Je suis celle à qui il manque de la vue.
Je ne peux plus voir les oiseaux voler au loin dans le ciel, car ils deviennent des taches de plus en plus translucides quand ils s'éloignent, des taches, rien que des taches.

Je suis celle à qui il manque des ailes
Car sans ailes on peut pas voler
Ni voyager
Rester à terre ?
Si près de la mort, de la poussière ?
De la misère ?
Il est si beau de planer
Voir les oiseaux voler
Sans avoir à les envier
Sans ailes on ne peut que rêver
Sachant que cela ne va jamais se réaliser.

Je suis celle à qui il manque Lily-Marie
Lorsqu'une amie vous manque, le temps s'arrête, la lumière s'éteint
Lorsque la tristesse vous envahit le temps s'arrête, la lumière s'éteint
Dès qu'une ombre s'échappe, tout est noir, plus une couleur, plus un sourire : rien de vie 
Le manque arrive, la mélodie de la nature devient un mirage.

Je suis celui à qui il manque un cerveau
Car j'aimerais être intelligent pour avoir de bonnes notes.

Je suis celle à qui il manque des choses
Oui, celle à qui il manque des choses, lorsque la tristesse nous emporte nous perdons les mots.

Je suis Ulysse
Je suis le rusé, celui qui a la mètis
Je veux revenir chez moi
Je dois traverser la Méditerranée
Je suis un héros.

Je suis Sacha
Je suis un héros.

Je suis Pikachu
Je suis un héros

Je suis Luke Skywalker
Je suis Luke
Je suis Hulk.

J'aime bien Hulk parce qu'il a survécu aux radiations. Et puis il est bien musclé. Et il veut sauver le monde.

Zaïna récit d'une survie

j'ai trouvé

le courage de quitter ma famille

quitter ma famille et en payer le prix

fuir ma vie

Nous étions deux cents à bord, priant

contre la mort. Notre barque a coulé.

Ensemble, nous avons vu la mort

nous avons rencontré l'horreur

Ils se sont battus


les dangers mortels de la migration


pour exister la jeunesse doit s'en aller

espérer

Suffisamment pourreprendre la route

s'en aller

résister

forces

courage

J'étais la dernière

En mer

"J'allais crever ici"

Et partout, ils continuaient

à séquestrer, violer et assassiner ceux qui ne payaient
pas la "taxe douanière"

 


eux les

Passeurs

1. Je me suis rendue à l'évidence.
2. En Erythrée, pour exister, la jeunesse doit s'en aller.
3. Du Soudan à la Lybie en passant par le Sahara.
4. Un avion a survolé la zone.
5. Ils avaient déjà tué.
6. Et payer le prix de son départ : des milliers de dollars versés à des passeurs, fidèles alliés des gouvernements en place.
7. Sans se gêner pour se livrer, au passage, à un trafic d'organes juteux.
8. ... ces passeurs sont tes pires ennemis.
9. MSF est intervenu pour nous conduire à la frontière italienne.
10. ... nous étions sauvés.
11. En 2015, en entraînant mon mari, j'ai trouvé le courage de quitter ma famille et de fuir ma vie.


(si on relie les points de 1 à 11 on obtient un oiseau qui porte un crayon dans le bec)

***

Nous sommes Zaïna
Nous devons partir
Nous sommes Ulysse
Nous sommes revenus
Nous sommes Homère
Nous devons nous taire


Qui suis-je ?
Je suis toutes ces histoires.

Souvenirs, souvenirs
L'auteur

Jocelyn Bonnerave

Auteur
Roman, nouvelle, théâtre

Pour faire plus ample connaissance avec l'auteur, cliquez sur ce lien

bonnerave jocelyn

Cet atelier fut un plaisir. Celui de travailler à partir d'un texte très ancien et très puissant. Celui d'écrire et de prendre la parole avec de jeunes personnes particulièrement vives. Celui de collaborer avec Catherine Girard, Elisa Castel et Stéphanie Coste, à cheval sur le collège et la médiathèque de Bram, quelque part entre les institutions.
De L'Odyssée, nous avons retenu deux grandes pistes de travail : celle d'un héroïsme qui reposerait non pas sur la force mais sur le manque (Ulysse est celui dont toute l'action est motivée par le désir obsessionnel de retrouver ce qu'il a perdu, en l'occurrence son foyer) ; celle qui rapproche aujourd'hui cette figure archaïque d'un roi errant et les milliers de migrants eux aussi perdus, trois mille ans plus tard, sur la même étendue d'eau : la Méditerranée.
L'ensemble donne un long poème très inspiré, souvent comique, parfois grave, dont le rythme imite un peu celui des vagues : toujours le même, jamais le même.

L'établissement

Collège St Exupéry

3 rue des Quatre vents

11150

Bram

Chef d'établissement

M. Van Wolleghem